J’avais remarqué une annonce dans le Regina Leader Post offrant une occasion d’apprendre à jouer au curling

De : Warren Betker
Nom du club : Weyburn Curling Club

Le 1er juillet 1998, j’ai reçu un appel téléphonique alors que je conduisais mes jeunes filles à une compétition de natation. Je me suis arrêté sur l’autoroute, et on m’a dit que mon père avait reçu un diagnostic de cancer du poumon et qu’il ne devait pas survivre à Noël de la même année.

En famille, nous avons décidé que quelqu’un resterait avec mon père à l’hôpital tous les soirs jusqu’à ce qu’il se sente assez bien pour rentrer à la maison. Quelques nuits plus tard, c’était à mon tour d’aller lui rendre visite.

Nous avons joué au cribbage ce soir-là, tout en parlant de beaucoup de choses. Finalement, notre discussion nous a ramenés au début de la soirée d’un automne, alors que j’étais en 8e ou en 9e année à l’école.

J’avais remarqué une annonce dans le Regina Leader Post offrant une occasion d’apprendre à jouer au curling et au badminton au Wascana Winter Club. Je voulais y aller. Quand j’ai manifesté mon intérêt, mon frère aîné et ma sœur cadette ont fait de même. Le problème, c’est que le coût était de 25 $ par personne, et notre famille ne disposait pas de cette somme. Mes parents étaient tous les deux originaires de la Saskatchewan rurale et avaient passé leur enfance à jouer au curling. Ils voulaient que nous aussi, les enfants, ayons cette chance. Nous avons donc négocié. Comme l’inscription au club de curling ne coûtait que 17 $ par personne, le coût total de 51 $ semblait raisonnable pour mes parents.

Ce que je ne savais pas jusqu’à cette nuit-là à l’hôpital, c’est qu’au cours de discussions entre ma mère et mon père environ 25 ans plus tôt, ils avaient accepté de se donner de plus petits cadeaux de Noël afin que nous puissions apprendre à jouer.

Alors qu’il était allongé dans son lit d’hôpital, les larmes aux yeux, il m’a dit que c’était le meilleur 50 $ qu’il avait dépensé.

Plus tôt cet hiver-là, j’avais participé à mon deuxième championnat national de curling mixte à Owen Sound, en Ontario. Mais plus important encore, en février de la même année, ma sœur cadette était revenue de Nagano, au Japon, avec une médaille d’or olympique en curling. Ce fut l’apogée d’une carrière qui comprenait trois titres de championne canadienne de curling et trois titres de championne du monde.

Ma sœur cadette est Jan Betker, récemment élue troisième meilleure joueuse de tous les temps et membre de l’équipe Sandra Schmirler, considérée comme la meilleure équipe féminine de curling de tous les temps.

Dans ses dernières années, mon père et ma mère ont passé d’innombrables heures à encourager le quatuor Schmirler alors qu’il participait à des compétitions partout au Canada et dans le monde.

Mon père est décédé à la mi-novembre 1998.