Rejoignez la célébration nationale
Journée du curling au Canada

Comment faire pleurer une maman curling

Cheryl Rajala

12 février 2021

TOTAL VOTES | 539

Le curling est une affaire de famille chez les Rajala. Mon époux Brian joue depuis la jeune enfance, et il m’a appris à jouer après que nous avons terminé nos études postsecondaires. Il était donc tout naturel que, plutôt que de suivre la voie typique du hockey, nous introduisions nos deux enfants dans le sport à un jeune âge. Ils n’ont pas tardé à s’en éprendre.

Avançons en mars 2020 et le Championnat M18 du Nord de l’Ontario, à Sault Ste. Marie, une ville avec une longue histoire dans le curling. Ma fille Lauren, 17 ans, et mon fils, Brendan, 14 ans, et leurs équipes respectives s’étaient qualifiés à cet évènement. Toute la famille a fait le trajet. Cette maman n’allait pas rater la possibilité de regarder jouer ses deux enfants. Et Brian est l’entraîneur de l’équipe de Brendan. Déjà à l’âge de 16 ans, Lauren avait cumulé deux titres provinciaux et deux titres nationaux (le championnat national M18 de 2019 et les Jeux d’hiver du Canada 2019) et avait été sélectionnée à l’équipe canadienne des Jeux olympiques de la jeunesse en Suisse. Mais pour Brendan, c’était son premier championnat provincial.

Toutes les deux équipes ont accédé à leur finale respective, et j’étais à la fois fière et anxieuse. Heureusement qu’elles jouaient sur deux pistes voisines, sinon j’aurais tracé un sentier en arpentant le tapis au Centre de curling Community First. Les parties ont été serrées, et se sont prolongées en manches supplémentaires. Belle surprise et grand soulagement : les deux parties ont terminé plus ou moins en même temps, et mes deux enfants en sont sortis victorieux! Mais ce qui s’est passé ensuite est devenu mon plus cher souvenir du curling, et comme maman. À la fin de leurs parties, ma fille a couru à la piste de son frère et lui a donné le plus grand câlin. Je pleurais déjà, mais à les voir ensemble, souriants, j’ai éclaté en sanglots. Heureusement notre amie Jan Deschene a eu le bon sens de prendre une photo. J’étais comblée de joie, et c’est un moment que je n’oublierai jamais.

Tout cela s’est déroulé seulement 5 jours avant la mise en place du premier confinement de la Covid-19 en Ontario. Cela a effectivement mis une halte aux activités de curling, et nos enfants n’ont pas eu la possibilité de disputer le championnat national M18 qui avait été prévu dans notre ville de Sudbury. Néanmoins, nous avons cueilli ce merveilleux souvenir, et nous continuons à nourrir l’espoir qu’un de ces jours nous pourrons reprendre ce sport que nous aimons tellement.

Cheryl Rajala
Sudbury, ON